XFermer

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.

Pour en savoir + et paramétrer les cookies

 

GLABRIDINE
Indication principale : peau hyperpigmentée
ACTIF PUR A71
Synthèse bibliographique
 
  • Nom INCI : GLYCYRRHIZA GLABRA
    (LICORICE) ROOT EXTRACT
  • Extrait de racines de Réglisse
    (Glycyrrhiza glabra L.)
    titré en Glabridine (teneur de 40%)
 

La glabridine est le composant principal de la fraction hydrophobe des extraits de réglisse et est utilisée en cosmétique pour ses propriétés éclaircissantes.
L’histoire de la réglisse remonte à plusieurs siècles. On l’évoquait déjà dans les traités chinois d’herboristerie traditionnelle et dans les papyrus égyptiens. En médecine traditionnelle chinoise, la racine de réglisse, appelée “Gan Cao” est communément employée en tant que tonifiant énergétique pour traiter les maux causés par la déficience en «Qi » ou énergie.
Ses utilisations par voie orale sont nombreuses. La réglisse est un remède végétal particulièrement bien connu pour soigner la toux, la phtisie et les douleurs à la poitrine, principalement les bronchites. Les activités anti-inflammatoires, expectorantes et adreno-corticotropiques de la réglisse sont exposées dans le British Herbal Compendium. La commission E germanique recommande l’utilisation interne de la racine de réglisse pour des troubles de l’appareil respiratoire supérieur et des troubles intestinaux.

 

  • MECANISMES D’ACTION / PREUVES D’EFFICACITE

 

  •  La glabridine inhibe la mélanogénèse par inhibition des isoenzymes T1 et T3 de la tyrosinase [1].
    Cette enzyme est à l’origine de la synthèse de mélanine. Il faut savoir que les tyrosinases catalysent la formation de L-Dopa à partir de L-Tyrosine. Elles catalysent également la transformation de L-Dopa en Dopaquinone. Celle-ci (Dopaquinone) étant le précurseur des pigments cutanés tels que les mélanines noires (via l’indole 5-6 quinone) et les mélanines rouges (après réaction avec une cystéine et cyclisation). La glabridine inhibe l’activité monophénolase (ajout d’une fonction OH sur un phénol), diphénolase (oxydation de 2 fonctions OH en cétones) de la tyrosinase [2]. Par ailleurs, la glabridine a été le premier inhibiteur confirmé présentant 15 fois l’activité de l’acide kojique et une plus grande activité dépigmentante que celle de
    l’arbutine [3].
    La glabridine influence la pigmentation en inhibant la synthèse de la mélanine et en inhibant l’activité de la tyrosinase de manière dose-dépendante [4].
    La glabridine inhibe la réaction inflammatoire en bloquand la cyclooxygénase et en prévenant la formation de radicaux libres tels que les anions superoxydes [1].

 

  • L’AVIS DE NOTRE EXPERT

 

La molécule appartient à la classe des inhibiteurs de tyrosinase, mais chimiquement sa structure se complexifie et s’en éloigne. D’origine naturelle, le produit combine une inhibition de la mélanogenèse supérieure à l’acide kojique et une meilleure tolérance. Dans ces conditions des doses actives inférieures à 1% sont possibles.
On peut faire les mêmes remarques que pour d’autres actifs dépigmentants sur l’association de plusieurs molécules agissant sur différentes voies, ou permettant de mieux saturer les tyrosinases, afin d’optimiser les résultats.

 

  • DOSE EFFICACE

 

L’ensemble des publications et des études scientifiques , les usages habituels de cet actif et l’avis de notre expert ont conclu à utiliser l’Actif pur Glabridine à la dose de 2.5 mg par flacon.

 

  • REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

 

[1] The Inhibitory Effect of Glabridin from Licorice Extracts on Melanogenesis. Yokota T et al. Pigment Cell Res, 11:955-961. 1998.
[2] Glabrene and isoliquiritigenin as tyrosinase inhibitors from licorice roots. Nerya O et al. J Agric Food Chem. 51(5):1201-1207. 2003.
[3] An Updated review of tyrosinase inhibitors. Chang TS. Int J Mol Sci, 10(6) : 2440-2475. 2009.
[4] Mechanisms regulating skin pigmentation : the rise and fall of complexation coloration. Ebanks JP et al. Int J Mol Sci, 10(9):4066 – 4087. 2009.